Prochaine commission santé jeudi 20 octobre 2016 à 17h30

intervention de M. Stéphane Fabries

Dir. ILHUP- Hôpital Salvator

 

 

 

______________________________________________________________________________________________________________

Commission santé

 

Mercredi 14 septembre 2016

 

Présents : M. Batistoni Alain - Mme Angeli Monique- Mme Bonnet Mireille - Mme Courtois Andrée - Mme Dudefoy Françoise - M. Fuste Pierre - M. Guipert Jean Jacques, - M. Magnin - Mme Marzel Françoise - Mme Mordant Huguette

 

 

Ouverture de la réunion à 18 h.

 

1 - Approbation Réunion 8 juillet

Le Compte rendu du 8 juillet est adopté.

2 - ARPSYDEMIO 1 er septembre Mars 2017

  1. Batistoni et Mme Dudefoy représentait la commission santé
  2. Pierre Blanc-Nourisseau trésorier devant les difficultés difficultés financières ou logistiques, ARPSYDEMIO propose de préparer un courrier à l’attention de Madame Valérie Boyer – Députée et Présidente de la Commission Santé à l’Assemblée Nationale. Monsieur Batistoni se propose d’être le porteur du courrier.

Concernant les aides logistiques de l’évènementiel, les responsables CIQ proposent à ARPSYDEMIO une possibilité de bénévoles : préparation et jours de colloque. Charge reste à l’Association ARPSYDEMIO de définir et de faire savoir le nombre de bénévoles à prévoir.

 

3 – COSM – Santé Mentale - Journées échanges 6 et 7 octobre

Troubles psychiques, situations de handicap et inclusion professionnelle

Centre Le Mistral – 11 impasse Flammarion – 13 001 Marseille

L'environnement économique et professionnel, les exigences accrues en termes de compétitivité et de performance contribuent à la détérioration de la santé mentale d'une partie de la population. Ils peuvent générer des interrogations autour du maintien dans l’emploi de personnes rendues plus vulnérables en raison de troubles psychiques, interrogent plus généralement les conditions de travail dans les secteurs publics et privés et questionnent les politiques de formation et d’emploi menées en matière d’inclusion professionnelle des personnes vivant avec un handicap (psychique

  1. Batistoni a envoyé un mail pour connaître les modalités d’inscription.

 

4 – Mairie - AD’AP 7 septembre

  1. Chapus et M. Batistoni représentait la Confédération des CIQ à la mise en place de l Commission Communale pour l’Accessibilité de la Ville de Marseille.

Un cabinet d’expertise a présenté la démarche pour la réalisation de l’AD’AP en 2017 (lieux et méthodologie)

 

5 – Forum santé – Mairie du 11ème et 12ème. le 14 septembre

Madame Luccioni Laurence a invité La commission santé à la réunion qui portait sur le déroule du Forum santé de la Mairie du 11ème et 12ème. Ce forum commence à partir du 6 octobre jusqu’au 14 octobre.

Le Thème du Jeudi 13 octobre est comment avoir accès à la santé d’une personne en situation d’handicap.

Le déroulé du forum doit nous parvenir dans les prochains jours.

Pour mémoire : M. Batistoni a contacté M. JL Barberis Président de la Fédération du 12ème et Mme Luccioni doit ou a contacter Mme Janin Présidente de la Fédération du 11ème.

 

6 – CD13 - 8 – Inter Parcours 13 - 14 septembre 2016

 

a – MDPH – Inter parcours 13 – 6 septembre Mail faisant appel à des bénévoles

 

a - Réunion du 14 septembre : Mme Bénédicte GILET-BOURGEON, Chargée de mission Handicontacts nous a présenté le mouvement Parcours Handicap 13

Le Mouvement Parcours Handicap 13 est un réseau associatif composé de plus de 150 organismes intervenant dans le champ du handicap dans le département des Bouches-du-Rhône.

Depuis le début des années 2000, il s’est donné pour mission de « favoriser un parcours de vie choisi et sans rupture pour les personnes en situation de handicap », notamment en :

  • travaillant au développement d’une culture partagée sur les notions et sur la réalité des parcours de vie et des projets de vie.
  • développant toutes les actions concourant à la prise en compte de la situation et de l’environnement de la personne et non uniquement de sa déficience.
  • travaillant à la mutualisation des moyens et des pratiques, au développement des réseaux, à l’élaboration de diagnostics partagés et d’actions co-construites.
  • développant une action d’aide à la formulation du projet de vie de la personne.Le Mouvement Parcours Handicap 13 se décline territorialement avec 6 associations locales :Voir le site Internet : www.parcours-handicap13.fr Des guides pratiques, thématiques (faire touche « Ctrl » et, en même temps, cliquer sur le lien pour accéder aux guides) :
  •  
  • Parcours Pays d’Aix – Arles - Etang de Berre –Est -Marseille Nord- Marseille Sud ces 6 associations sont réunies dans 1 association de coordination : Inter Parcours handicap 13.
  •  
  • Guide pratique Ecole et Handicap, édition 2013.
  • Guide « Orientation, formation et insertion professionnelle des jeunes de 12 à 25 ans en situation de handicap », édition 2015.
  • Guide des Services d’Aide à Domicile labellisés Cap’Handéo dans les Bouches du Rhône, édition 2014.
  • Guide des métiers et activités des ESAT des Bouches du Rhône, édition 2013. B - Réunion du 22 septembre : Dans le cadres des grandes orientations du Conseil Départemental (CD13) définies à la suite des travaux des Etats Généraux de Provence ; nous sommes conviés sous l’égide du CD13 sur la démarche sur la mise en place progressivement d’un dispositif territorial d’accès à l’information cette réunion aura lieu le 22 septembre 4 quai d’Arenc à 14 h 30
  •  
  •  

7 – APHM

a - Comité Usagées Hôpital Nord – CDU 6 septembre : Le comité des Usagers se réunit à l’Hôpital Nord le 6 septembre à 14 h.

 

b - Salon des Familles 22 septembre : Inauguration du Salon des Familles à 11 h à l’hôpital Nord

 

8 – Chiens Aveugles –

Un mail à destination des membres de la commission santé, des Présidents des Fédérations et des Présidents des CIQ concernant les Chiens d’aveugles a été envoyé le 12 septembre

 

9 – Centre Gérontologie Montolivet - ACLAP

ACLAP organise au Centre Gérontologique de Montolivet une Journée Internationale Pers. Agées Handicapées le 22 septembre à 10 h 30

  1. Batistoni a envoyé un mail pour connaître les modalités d’inscription.

 

10 - Exposé sur les Moustiques-tigre – 18 h

 

En Présence de M. Padovani - Mme Chanaud nous présenté un exposé sur le moustique tigre et a laissé une documentation sur le micro-ordinateur de la Confédération.

  1. Batistoni mettra à disposition les documents relatifs aux moustiques tigre.

 

La réunion se termine à 19h30.

 

Prochaine réunion jeudi 20 octobre à 17 h 30

intervention de M. Stéphane Fabries

Dir. ILHUP- Hôpital Salvator

 

_________________________________________________________________________________________________

 

commission du 8 juillet 2016

Ouverture de la réunion à 18 h.

 

1 – Validation du compte-rendu de réunion du 12 mai 2016

Compte-rendu validé.

 

2 – ARRADV (Mme Pesce) – Présentation de l’association

Qu’est-ce que le Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés (Samsah) ? Il s’agit de structures innovantes qui sont apparues dans le paysage national après la Loi Handicap de 2005. Ces services ont pour vocation dans le cadre d’un accompagnement médico-social, de réaliser le projet de vie de la personne. Nous parlons de projet de vie plutôt que d’objectif et de réadaptation, car nous prenons la personne dans sa globalité et pas uniquement par rapport à sa déficience. Ce service va accompagner la personne à son domicile, lui proposer des prestations qui lui permettent de rester chez elle et d’éviter d’aller en institution.

Ce sont des services gratuits, financés pour partie par l’assurance maladie et pour partie par le Conseil départemental 13. Les bénéficiaires sont des adultes déficients visuels, à partir de 18 ans et sans limitation d’âge. L’adhésion au service est conditionnée par l’éligibilité médicale. L’ARRADV commence à intégrer les personnes quand elles ont moins de 3 % d’acuité visuelle corrigée ou un champ visuel très rétrécit. Il faut alors demander une notification auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées).

Le public concerné a souvent des difficultés d’identification de lecture et d’écriture, dans ses déplacements à l’intérieur ou à l’extérieur du domicile. Ce sont des personnes qui rencontrent des difficultés dans leur vie quotidienne, pour cuisiner, savoir de quelle couleur est leur linge, s’il est propre ou non, repérer les produits qui sont dans le réfrigérateur, si les dates de péremption sont bonnes ou pas. Elles ont des difficultés variées dans leur vie quotidienne, mais également dans leur vie professionnelle pour les gens qui acquièrent des difficultés visuelles en cours de vie. Nous les aidons à se maintenir dans leur activité ou à trouver une réorientation professionnelle. Toutes ces difficultés rencontrées au quotidien créent chez la personne un isolement et un sentiment d’insécurité. Cela a un retentissement sur la qualité de vie. Ce sont des personnes en perte d’autonomie et notre cœur de métier est de permettre à ces personnes de retrouver une autonomie dans tous les domaines cités. La réponse est globale.

Une équipe pluridisciplinaire va apporter une réponse dont l’objectif est de permettre à la personne de préserver son autonomie dans la vie quotidienne, ses relations sociales, des relations professionnelles et personnelles, de diminuer les complications dues à la malvoyance. Ce sont des gens qui chutent, ont des pertes d’équilibre, des accidents domestiques ou de voies publiques, qui se brûlent, se coupent. Quand elles prennent le métro c’est compliqué. Ce sont aussi des gens qui ont souvent un état dépressif ou un syndrome de désorientation. Ils se replient sur eux-mêmes, s’isolent, or supprimer l’aspect social entraîne souvent un syndrome dépressif. Nous permettons aussi aux gens de réduire et d’optimiser le coût de la compensation, notamment en termes de coût humain. Quand les personnes ont des auxiliaires de vie ou des aide-ménagères, nous expliquons à celles-ci ce qu’est la déficience visuelle, ses répercutions et comment se comporter avec la personne. Ceci lui permet de reprendre une dynamique de vie et de réinvestir le circuit de façon active. Pour les personnes qui chez elles, n’utilisent plus de couverts et mangent avec les doigts, apprendre comment repérer ce qu’elles ont dans l’assiette et comment avoir une bonne coordination entre la main et la bouche, va leur permettre à nouveau de prendre des repas en famille et d’aller au restaurant. Quand les personnes n’arrivent pas à se repérer, elles ont honte de se montrer en société pour prendre leurs repas. Donc très souvent on trouve dans ce public-là des personnes qui ont aussi des problèmes nutritionnels, elles ne se font plus à manger et n’osent pas le dire.

Une équipe pluridisciplinaire composée de différents acteurs :

  • Un médecin coordinateur coordonne les prestations des rééducateurs
  • 2 opticiens bénévoles viennent faire du conseil sur les différentes aides optiques et techniques relevant de leurs compétences : agrandissement des caractères grâce aux loupes électroniques = 70 % par exemple. En cas de cécité il existe des machines audio. Ils évaluent l’aide à la communication la plus adaptée à la personne.
  • 1 orthoptiste va déterminer les capacités visuelles, vérifier que la partie musculaire des yeux soient suffisamment efficiente et tonique pour pouvoir maintenir l’effort de fixation
  • Des ergothérapeutes réapprennent à faire les gestes de la vie quotidienne (repas, marquages par des repères tactiles pour compenser la vue), apportent des astuces pour la vie quotidienne
  • 1 instructeur à la locomotion. C’est un professionnel que vous ne trouvez que dans le handicap visuel. Il permet d’acquérir ou maintenir des déplacements en sécurité et en confiance. Si la personne est en cécité, il va lui apprendre l’utilisation de la canne-blanche mais l’autonomie est limitée, il peut aussi lui apprendre dans l’environnement les techniques de guide
  • 1 psychomotricien va permettre de réapprendre à la personne un usage corporel. Les troubles de la vision amènent des pertes d’équilibre.
  • 1 psychologue permet une intégration du handicap et la reprise d’une dynamique de vie. On est sur l’aspect clinique, elle ne fait pas de curatif.

Les seuls bénévoles sont les opticiens, les autres sont des professionnels salariés, malheureusement souvent à temps partiel. L’ARRADV a une file active annuelle de 115 personnes, mais peu de professionnels, d’où une activité très intense.

  • 2 assistantes sociales apportent une réponse aux difficultés sociales en lien avec la déficience visuelle.

C’est une équipe majoritairement paramédicale mais également sociale, pluridisciplinaire et globale.

L’accompagnement est individualisé et se décline en différentes étapes :

  • Phase d’évaluation sur tous les domaines, pour voir les capacités de la personne au regard de ses attentes.
  • Réunion de l’équipe pour bâtir un projet d’accompagnement personnalisé détaillant les prestations à mettre en œuvre (axes et nombres d’heures).
  • Débat avec la personne, chaque personne aura son propre projet.
  • Phase de réadaptation. Nous allons nous adapter, la personne peut avoir besoin de tout ou de quelques éléments. Quand le service ne peut pas répondre aux besoins de la personne, nous allons la mettre en lien avec des partenaires extérieurs pour pouvoir répondre de la manière la plus fine possible à ses attentes. Des suivis peuvent durer 6 mois comme 3 ans. Nous avançons au rythme de la personne. Elle peut avoir 1 ou 2 séances par semaine, si la personne vient de loin elle peut demander à ce que nous regroupions ses séances sur une seule matinée.

L’ARRADV se situe 9, boulevard Fabrici, près de l’hôpital de la Timone et est ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 18h. Le service est au rez-de-chaussée et adapté au handicap visuel, avec des éclairages et des marquages spécifiques.

En 2014, l’ARRADV a aussi monté un centre d’appels et de conseils sur la déficience visuelle. C’est une plateforme téléphonique qui a commencé petite mais est devenue de plus en plus connue et utilisée, également par les départements limitrophes. Elle est donc aujourd’hui financée nationalement. Elle va apporter une réponse personnalisée à tout interlocuteur sur des questions touchant la vie personnelle, sociale ou professionnelle. Ce centre d’appel répond non seulement au grand public mais aussi aux professionnels. Il est composé de professionnels formés à la déficience visuelle, ils vont s’appuyer sur :

  • Une banque de données constituée à l’ARRADV depuis 2002 et qui s’étoffe d’année en année,
  • Un répertoire de professionnels et de structures spécialisés
  • Les professionnels du Conseil d’Administration d’ARRADV qui sont tous des professionnels de la déficience visuelle. Ce sont des personnes à la retraite mais spécialistes dans leur domaine et qui sont là comme ressources ou comité technique
  • Les professionnels des deux services du département 13 et du 84

Il y a 2 sites internet :

  • fr est un site grand public
  • abc-de-la-dv.fr est un site pour les professionnels

Le CACDV (Centre d’appels) est financé par des fonds privés. Le numéro vert 0800 013 010 est gratuit, à partir des fixes et des portables. Le service est accessible du lundi au vendredi de 9h30 à 17h30, sans aucune formalité. Si sur un point technique les professionnels ne peuvent pas vous répondre immédiatement, ils vous apportent la réponse sous 48h.

 

Mme Pesce laisse le Powerpoint sur lequel elle a fait sa présentation à M. Batistoni.

Elle indique qu’elle n’a pas évoqué la pathologie, car le service est fourni quel que soit la pathologie.

Un membre de la Commission lui demande si l’ARRADV fait partie d’Inter-parcours. Mme Pesce confirme qu’il s’agit d’Inter-parcours Nord.

 

3 – Cloud – Mode Opératoire

Pourquoi le Cloud ? La mairie de Marseille ne finance plus les consommables de la Confédération, qui restent à présent à sa charge. Afin de faire des économies de photocopies, ne pas avoir à les transporter ni à se demander où les ranger, il a été mis en place un Cloud par M. Batistoni et M. Yzombard. Il permet l’accès à des documents publics. M. Batistoni donne l’adresse du site aux membres de la Commission.

 

4 – Clinique Bonneveine – 23 juin

La Clinique Bonneveine n’est plus une clinique mutualiste, il s’agit à présent d’une clinique à fonds privés. Les 9e et le 8e n’ont plus d’accès aux hôpitaux AP-HM. 350 000 habitants n’ont plus de service d’urgence. Mme Andrée Courtois qui siège au CRUCQ de Bonneveine a proposé à M. Batistoni de rencontrer le nouveau directeur. Lors de cette rencontre, celui-ci lui a remis un document concernant toutes les spécialités traitées à la clinique, ce document est consultable sur le Cloud. M. Batistoni propose aux membres de la Commission qui seraient intéressés, de leur organiser une visite de la clinique. Il souligne que la Clinique Bonneveine a 4 lits pour accueillir des personnes en situation de handicap. Ces lits naviguent horizontalement et verticalement, ce qui permet de doucher la personne dans le lit. Pour l’instant, ils ne sont pas reconnus par l’ARS.

 

5 – APHM-CRUQ – 29 juin après-midi

Pour siéger au Comité des Usagers, il est désormais légalement nécessaire d’être membre d’une association reconnue par l’ARS. M. Batistoni indique qu’à cette fin, il a adhéré à une association qui lutte contre le cancer.

 

6 – Hôpital Européen – 30 juin au matin

Mme Tabet devait faire un compte-rendu de cette visite. Il n’a pas été transmis à la Commission.

Le rendez-vous a eu lieu entre 3 adhérents des CIQ, la Responsable communication de l’Hôpital Européen Mme Balaguer et son Directeur.

L’objet de cette rencontre concernait la propreté extérieure. L’Hôpital Européen a expliqué que les malades ne pouvaient pas accéder au patio pour des questions de sécurité, car il n’est pas adapté. L’accès au jardin est difficile, on ne peut pas faire traverser les patients par le service de radiologie pour y accéder. Mme Balaguer a rappelé la loi concernant les patients qui sortent à l’extérieur de l’hôpital pour se promener avec leur perfusion, l’hôpital ne peut pas les empêcher de sortir.

 

7– Arpsydimo de 2017 – 30 juin après-midi

Le COSM (Comité de Pilotage de la Santé Mentale de la Ville de Marseille) concerne des gens qui ont une santé mentale légère et qui vivent dans la société. Le 1er ou 2 septembre 2016, Alain Batistoni et Françoise Dudefoy ont rendez-vous avec le COSM pour définir leur rôle, qui devrait aller dans le sens de la diffusion de renseignements. La mairie devrait apporter un soutien logistique.

 

8 – Conseils Municipaux

Françoise Dudefoy souhaitait que soient évoquées les phases de travaux pour l’accessibilité et les subventions qui ont été votées au dernier conseil municipal. Elle apportera les textes en septembre.

 

9 – Planning

  • Hôpital Salvador
  • Le 01-09-2016 ou 02-09-2016 à 9h30 : COSM 2017 - Arpsydimo (Mme Dudefoy et M. Batistoni)
  • Dimanche 4 septembre : Journée Vivacité

Dimanche 4 septembre il y a Vivacité au Parc Borély toute la journée. M. Batistoni signale qu’il ira le matin au stand de la Confédération et invite ses membres à y venir.

  • Le 13-09-2016 ou 14-09-2016 à 14h30 : Handisanté - Bénédicte Gilet-Bourgeon

Handisanté souhaite rencontrer la Commission Santé. Rendez-vous est pris le 14 septembre à 14h30. Il s’agit d’une association Inter-parcours Handicap 13.

  • Le 14-09-2016 à 17h30 : Commission Santé - Intervention de Stéphane Fabries, Directeur ILHUP – Hôpital Salvador
  1. Batistoni a rencontré avec Mme Dudefoy et Mme Courtois M. Stéphane Fabries, Directeur ILHUP de l’Hôpital Salvador. Cette association permet un suivi des gens qui sortent de l’hôpital. Astrée vient en aide aux gens qui ont une difficulté mentale et cette association, comme ARRADV, aux gens qui ont une difficulté physique. M. Fabries viendra faire un exposé lors de la Commission Santé du 14 septembre 2016.
  • Le 16-09-2016 à 14h30 : Réunion du CRUQ à l’Hôpital Nord

La Commission Santé a comme projet de rencontrer la Clinique Clairval qui doit s’agrandir. Elle a été sollicitée pour créer un service d’urgence dans le 9e.

  • Le 19-09-2016 à 17h30 : Réunion du COSM

 

La réunion se termine à 19 h 30

La prochaine réunion sera le mercredi 14 septembre 2016

 

 

Alain Batistoni

Responsable de la Commission Santé

 

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Commission Santé

 

Mercredi 12 mai 2016

 

 

Présents : Angeli Monique - Anglade Michèle - Batistoni Alain - Courtois Andrée - Dudefoy Françoise - Guipert Jean-Jacques - Minéo Hélène - Mordant Huguette - Pieri Michèle - Sivrissarian André

Excusés : Digne Raymond - Lassalle Françoise - Oliviero Vincent - Riccardi Bernard - Tabet Claude - Tcharbatchian Patrick

 

Ouverture de la réunion à 18 h.

 

1 – Validation du compte-rendu du 13 avril

Mme Dudefoy trouve que le point 7, rendant compte du colloque sur la santé physique et mentale, est un peu léger. M. Batistoni répond qu’on ne peut pas faire trop long, car au-dessus d’un certain nombre de pages les comptes rendus ne sont plus lus.

Le compte-rendu est validé.

 

2 – Soirée publique à l’Alcazar - 22 avril (M. Sivrissarian)

L’Alcazar projetait le film « Héro(s) » à l’occasion de sa sortie. Le thème était « les gens qui ont consommé de l’héroïne ». La projection était intéressante. Elle montrait les parcours de vie de gens qui sont sortis de la drogue, leur expérience douloureuse. On se rend compte en le visionnant, qu’il pourrait s’agir d’un voisin, de quelqu’un qui nous est proche. Le film était accompagné d’une exposition de photographies. La photographe et son modèle sont issus de ce milieu. Des associations ont œuvré à la création de ce projet. Ses adhérents l’ont financé en partie, sous l’égide de la mairie. C’était l’occasion de rencontrer des personnes qui permettent de comprendre la démarche qui les amène à prendre de l’héroïne. C’était bien relaté. Il y a des pathologies qu’on ne connaît pas. Lorsque l’on passe sur le boulevard Baille, on voit des personnes touchées par la toxicomanie et c’est bien de comprendre ce qui se passe dans la tête des gens.

Mme Dudefoy dit ne pas se sentir concernée par ce sujet.

Mme Anglade fait part de son expérience de pharmacienne et dit qu’elle a vu beaucoup de toxicomanes dans le cadre de sa profession, mais que peu s’en sortait.

  1. Batistoni souligne avoir été en lien avec un chef de projet de la mairie de Marseille sur cet événement. Même si cela prend du temps le travail des CIQ est reconnu, il n’est pas inutile.

 

3 – Les Argonautes (rencontre avec Mme I. Adam)

Messieurs Batistoni, Oliviero et Sivrissarian ont participé à cette rencontre.

En octobre, aura lieu la finale de football des personnes en situation de handicap. L’équipe fait partie de l’ESAT des Argonautes.

Avant cela, une journée Portes Ouvertes se tiendra les 20 et 21 mai 2016 de 10h à 18h, 17 boulevard de l’Océan – 13009 Marseille. Leur travail est diversifié et intéressant. (Cf. flyer)

Mme Anglade précise que la fabrication des meubles est d’une qualité parfaite, grâce aux éducateurs qui encadrent les ouvriers. Leur professeur est expert à l’Hôtel Drouot à Paris. Les meubles, le cannage, la rénovation de tapisserie, tout est d’un très bon rapport qualité-prix.

Ces journées Portes Ouvertes permettent de communiquer sur l’obligation légale des entreprises de plus de 20 salariés, d’embaucher au moins 6 % de travailleurs handicapés indique M. Batistoni. Vivre avec les autres, c’est s’accepter soi-même.

 

4 – Journée nationale de l’Asthme - 04 mai / Portes ouvertes - 04 au 11 mai

Un autre rendez vous a empêché M. Batistoni de participer à cette journée. Elle était annoncée comme se tenant du 4 au 11 mai, au centre thermal de Camoins-les-bains. M. Batistoni s’y est rendu le 11 mai, après avoir envoyé un mail confirmant sa venue ce jour-là.

Le flyer était mal libellé il fallait lire les journées nationale de l’Asthme ont lieu du 4 au 11 juin. Le Centre Thermal des Camoins organise le 4 mai leur journée porte ouverte. De ce fait, M. Batistoni s’est présenté le 11 juin inutilement.

 

5 – COSM Comité de Pilotage - 02 mai

  1. Batistoni lit le compte-rendu du Comité de Pilotage du COSM (Conseil d’Orientation en Santé Mentale). Ce document sera joint en annexe du compte-rendu de la Commission Santé. Un atelier santé-vie concernant les troubles psychiatriques, s’est tenu en présence du Dr Dolorès Torres d’Arpsydemio, de Maïté Arthur du GEM et du Dr Patrick Padovani, Adjoint au maire de Marseille, chargé de la Santé, de l’Hygiène et du Handicap.
  2. Sivrissarian souligne qu’il avait pour but de défendre l’habitat autonome ou le maintien à domicile.
  3. Batistoni confirme qu’on va tendre de plus en plus vers l’hospitalisation ambulatoire, qui permet de lutter davantage contre les maladies nosocomiales et dont le coût est moins élevé que le séjour hospitalier.

Les personnes qui ont des troubles psychologiques avec traitements, sont plus en danger que les autres. Mme Courtois fait mention des personnes qui subissent des ablations.

 

  1. Batistoni propose des dates de rencontre avec le Dr Torres, entre le 30 mai et le 18 juin.

 

 

6 – Santé Mentale et Habitat – 12 mai

Mme Mordant et Mme Courtois ont assisté à ce Comité Pilotage évoquent la question du regroupement « social et santé mentale » et de l’intérêt d’avoir des logements pour les personnes en difficulté mentale. Des saynètes étayaient les propos. Une conférence donnée par un psychiatre était particulièrement intéressante. Il partait d’expériences et disait que la reconstruction d’une personne passait par la stabilité. Le logement est donc primordial, ainsi que l’environnement santé, social et bailleur, pour que cela fonctionne. Le regroupement est constitué de 11 partenaires.

Mme Dudefoy évoque le plan Baylé qui permet d’éviter d’envoyer des gens en prison, sans signaler leurs troubles psychiques. Une autre difficulté avec les gens qui reçoivent des soins pour leur santé mentale, c’est que le reste n’est pas pris en compte.

  1. Batistoni dit qu’il y a tout un débat pour savoir ce que sont les petits et les grands délits. On a toutes les lois mais on ne les applique pas.
  2. Guipert propose de mettre la PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse) à proximité des jeunes qui peuvent basculer dans la délinquance.

 

7 – Fédération de CIQ du 3e – Rendez-vous avec le Dr Torres

Mme Tabet s’est rendue à la réunion et devrait nous informer.

 

 

8 – Hôpital Laveran - 13 mai

  1. Batistoni, Mme Courtois Claude et Mme Dudefoy Françoise ont rendez-vous le 13 mai à 9h avec Stéphane Fabries (ILHUP et Projet ANA) à l’hôpital Salvator.

Le Dr Portier qui travaillait avec Mme Gonnet sur la maltraitance des personnes âgées devrait nous rejoindre pour cette réunion.

  • ILHUP - Réseau de santé Polyvalent – Intervenant Libéraux et Hospitaliers Unis pour le Patient
  • Projet ANAP – Filière de Soins – Construire la continuité des parcours de santé des plus fragiles. 
  • Le Dr Portier travaillait avec Mme Gonnet sur la maltraitance des personnes âgées.

9 – CRUQ Hôpital Lavéran - Euro 2016 – Plan Blanc

Lors du CRUQ à l’hôpital Lavéran nous avons été informés d’un Plan Blanc lors de l’Euro 2016.

L’hôpital Lavéran a reporté les congés des personnels soignants du 10 juin au 10 juillet. Des plans d’accueil sont mis en place.

La mise en place du Plan Blanc est décidée par le médecin Général de l’hôpital.

 

10 – Prévisions

  • Hôpital Salvator Vieillesse, rencontre avec le Dr Portier et Stéphane Fabries à 10h30 (M. Batistoni, Mme Dudefoy)
  • Rendez-vous à l’AP-HM (CRUQ : Comité des Usagers) le 26 mai à 9h (M. Batistoni, Mme Courtois, M. Sivrissarian)
  • Semaine d’introduction sur la santé mentale le 20 juin à 18h (Mme Dudefoy)
  •  

10 – Dates des prochaines Commissions Santé

  • 15 juin (à confirmer)
  • 14 septembre
  • 16 novembreLa réunion se termine à 19 h 30
  •  

La prochaine réunion sera le mercredi 15 juin 2016

 

 

Alain Batistoni

Responsable de la Commission Santé

 

_____________________________________________________________________________________________________________

 

Commission Santé

 

Mercredi 13 avril 2016

 

 

Présents : Angeli Monique - Batistoni Alain - Guipert Jean-Jacques - M. Magnin - Mordant Huguette - Olive Bernard - Oliviero Vincent - Riccardi Bernard - Sivrissarian André - Tabet Claude -Tcharbatchian Patrick

Excusés : Anglade Michèle - Courtois Andrée - Dudefoy Françoise

 

Ouverture de la réunion à 18 h.

 

1 – Agenda d’avril à juin 2015

  • 21 avril à 14h : HIA Laveran. M. Batistoni et M. Riccardi représenteront la Confédération des CIQ lors de la présentation d’un mémoire.
  • 22 avril à 17h30 : M. Batistoni, M. Oliviero et M. Sivrissarian se rendront à une soirée publique à l’Alcazar, consacrée à la projection du film d’Emmanuel VIGIER « Héro(s) », à la présentation du livre de Claire DUPORT « Héro(s) » et à l’œuvre photographique de Stéphanie MAYALI, JAHFée « Héroïne(s) ».
  • 13 mai de 9h à 17h30 : Colloque sur la santé mentale intitulé : « Santé mentale : Qui fait quoi ? » - A l’amphithéâtre Toga, Faculté de médecine de la Timone
  • 15 juin à 17h30 : Prochaine Commission Santé
  •  

2 – Présentation Association les Argonautes M. Oliviero – Réunion du 21 avril

L’Association Les Argonautes est un ESAT.

Un rendez-vous a été pris à la mairie avec M. Patrick Padovani, Adjoint au Maire de Marseille, chargé de l’hygiène, de la santé et du handicap.

Les Argonautes présenteront leurs activités :

  • Le championnat de France de pétanque a été remporté par des joueurs en situation de handicap
  • Leur équipe de footballRencontre avec M. Batistoni le 26 avril.
  •  
  • Cette rencontre a pour but d’ouvrir le sport au handicap.

3 – Présentation l’Association Parcours Handicap 13 (M. Sivrissarian)

Il s’agit d’une association de soutien pour les personnes en situation de handicap qui regroupe 130 associations. Les CIQ ont une relation naturelle avec ces associations.

L’objectif de « Parcours » est de guider, d’être référent pour les personnes ne sachant pas à quelle porte frapper, comment faire, ni à qui s’adresser. L’association aide les personnes à remplir leur dossier pour la MDPH, à élaborer leur « projet de vie ». C’est ensuite plus facile pour la commission de la MDPH de prendre des décisions concernant les demandes. Le résultat est toujours très riche, car les personnes vont vraiment en profondeur.

L’important est de recevoir ces personnes dans un endroit neutre que sont de par leur statut les CIQ.

L’ESAT assure la formation pour les personnes qui accueillent, pour qu’elles puissent répondre au téléphone et faire de l’accueil physique.

Pour remplir ces dossiers, il n’est pas toujours utile d’aller chez la personne.

Une rencontre est prévue avec les aidants le 20 mai de 9h30 à 12h30.

Cette rencontre est faite pour les personnes qui ont déjà une expérience du handicap. M. Sivrissarian indique qu’il s’y rendra, comme représentant des usagers.

 

4 – CRUQ – (M. Batistoni)

Pour pouvoir siéger au Conseil d’Administration de l’AP-HM, il faut être adhérent d’une association reconnu par l’ARS et faire la demande auprès de l’ARS.

 

5 – Débat : « L’hôpital à domicile solution ou économie ? » (M. Sivrissarian)

Nous sommes appelés à représenter les usagers. Nous sommes usagers ! Mais le respect de l’usager ne fonctionne pas pour la personne handicapée mentale. Nous avons besoin d’une casquette pour pouvoir intervenir, c’est pourquoi l’homologation de l’ARS permet une formation et une représentation des usagers.

 

  1. Riccardi témoigne que lors d’un test à l’effort, on lui a mis d’office un cathéter dans le bras sans lui en parler.

 

Mme Angeli reconnaît que dans ces conditions le malade ne peut que se sentir diminué.

 

Lors d’une visite à Sainte-Marguerite en pavillon psychiatrique, M. Sivrissarian rencontre une personne souffrant de dépression, parce qu’elle est seule chez elle. Il la met en contact avec l’association Astrée, elle retrouve le moral. Ce qui manque aujourd’hui en conclut-il, c’est le lien. « Parcours » propose ses formations pour que chacun puisse accompagner.

 

  1. Riccardi souligne l’importance d’une association qui structure, qui peut véritablement aider. En tant que personne malvoyante, il s’est rendu à la MDPH pour avoir un renseignement. 2 personnes étaient présentes. Elles ont fourni des informations différentes en réponse à sa question. Il faudrait mettre en place une cellule d’information.

 

  1. Sivrissarian confirme que les gens ne savent pas ce à quoi ils ont droit. « Parcours » est un ensemble d’associations dans lesquelles des gens suivent une formation afin d’éviter l’affrontement, afin de « faire tampon ». On peut les solliciter, faire venir les gens dans les CIQ, pour apporter du sang neuf. Il faut des personnes efficaces pour aider les gens en difficulté. Quand la personne n’est plus autonome, elle a droit à une allocation pour l’autonomie. On rebat les cartes de partout car on manque d’argent. Cependant les retraités sont nombreux, dynamiques et veulent se sentir utiles.

 

Mme Angeli souligne qu’à certains moments on se sent démuni.

 

Mme Mordant parle d’une dame qu’elle a rencontré le matin même, de 83 ans, qui a été renvoyée chez elle alors qu’elle n’était plus valide.

 

Le réflexe doit être alors de téléphoner à Astrée, souligne M. Sivrissarian. Unis-Cité est un service citoyen pour la jeunesse, qui est prêt à s’engager. Cela permet une concertation entre jeunes et moins jeunes. Des soignants vont chez les gens et c’est très bien, mais qui vient juste pour leur faire deux courses ? Le service de la mairie vous apporte des plateaux-repas, mais les gens ne s’arrêtent pas pour discuter.

 

6 – Hôpital Européen – Mme TABET

Aucune réponse n’a été apportée à Mme Tabet concernant son courrier mettant en cause les malades perfusés qui sortent de l’hôpital pour aller fumer.

  1. Riccardi indique qu’aucune loi n’interdit à une personne avec une perfusion d’aller fumer dehors. D’autant plus que des cendriers ont été installés. En revanche, si une personne tombe avec sa perfusion à l’extérieur de l’hôpital, seuls les pompiers sont habilités à la ramasser. La Terrasse de l’Hôpital Européen n’est pas sécurisée et ne peut être ouverte aux patients, son installation n’est pas budgétisée pour l’instant. Mme Tabet regrette que le jardin intérieur ne leurs soit pas ouvert.

 

  1. Riccardi se propose de prendre rendez-vous avec Mme Nadine Balaguer pour une rencontre avec M. Batistoni, Mme Tabet, M. Guipert et Mme Angeli.

 

7 – Retour sur le Colloque du 22 et 23 mars pour la santé physique et mentale, au Pharo

  1. Guipert évoque l’intervention d’un neurologue, dont il a trouvé les propos techniques, alors qu’il aurait pu donner des informations précieuses et accessibles, comme les signes avant-coureurs de la maladie d’Alzheimer. M. Guipert évoque sa mère.

 

  1. Batistoni dit qu’il faudrait savoir où la maladie mentale commence et où elle finit. Il serait intéressant de faire une commission sur ce sujet précis.

 

  1. Sivrissarian parle de la contention qui a été évoquée lors du colloque. Le souci, estime-t-il, c’est que ce n’est pas pour faire du bien. Si on laisse une personne détachée, alors il faut une personne pour la rattraper dans les couloirs où la récupérer dans la rue. Dans les CIQ, on devrait pouvoir débattre de cette problématique.

Certaines personnes sont totalement autonomes et savent trouver les occupations qui sont ludiques pour elles. Elles ont besoin d’animateurs et non de soignants, à part pour la régulation des traitements. M. Sivrissarian fait mémoire des 160 000 personnes que l’on a laissé mourir dans les hôpitaux en cessant de les alimenter, comme ça a été le cas pour la sculptrice Camille Claudel. Sous l’hôpital Saint-Anne à Paris, on a retrouvé des cellules complètement fermées où on y mettait les gens pour les laisser mourir. C’est aux personnes de chaque quartier de garder l’œil ouvert, car ces personnes ont aussi le droit de vivre. Il vaudrait mieux qu’il y ait des référents dans les quartiers que des pompiers.

Un des sujets fondamentaux évoqué a été le lien entre le psychisme et le physique. Nier la part physique de son être, c’est se nier soi-même.

 

  1. Batistoni confirme que prendre en compte les pathologies peut ralentir la maladie. Il souligne que les aidants supportent également beaucoup.

 

  1. Sivrissarian estime que si on vit des choses relatives à la maladie, c’est bien de pouvoir les dire.

 

  1. Tcharbatchian fait mention d’un jeune atteint de schizophrénie et du fait que tous les malades ne se savent pas malades. Il va mieux à l’hôpital, il sort, ne prend plus ses médicaments et rechute. C’est aussi le cas des troubles bipolaires souligne M. Batistoni.

 

  1. Riccardi trouve que l’hôpital à domicile est une bonne chose, car il permet de mourir chez soi. La famille est prête et l’entourage est essentiel pour la personne en fin de vie.

 

« La Commission Santé, c’est une certaine façon de voir la vie » répond M. Batistoni.

 

  1. Riccardi pense qu’il faut communiquer de manière répétitive si on veut être entendu, parce qu’on oublie les choses que l’on n’entend pas régulièrement.

 

  1. Sivrissarian estime que l’important c’est de ne pas aller à l’hôpital, quand on a uniquement besoin de prendre un café en compagnie. Il précise que si certains CIQ veulent faire de l’accueil, un budget café pourrait être débloqué.

 

  1. Guipert a trouvé que ce colloque était de qualité.

 

Certaines activités telles que la pâtisserie, permettent aux gens de créer, de réaliser. L’atelier jonglage est intéressant car ludique. Plusieurs adolescents en grande souffrance ont pu retrouver une stabilité émotionnelle, sans aide médicamenteuse.

 

Mme Tabet considère que si les cours de pâtisserie sont accessibles ainsi que le cirque, en revanche tout n’est pas compréhensible.

 

  1. Batistoni rapporte que lors du 1er comité de santé mentale il y avait 10 psychologues. Les choses ont évolué, aujourd’hui il s’agit d’apporter la vision du citoyen.

 

  1. Guipert pense qu’une progression dans la difficulté de compréhension est une très bonne chose, ça permet d’apprendre.

 

8 – Visite de l’Hôpital Edouard Toulouse (Adultes secteur 12 – 2e Arenc-Joliette 3e Arrt)

  1. Batistoni et Mme Tabet ont visité ce Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP) autrement appelé « Maison rose ». Il est important de savoir ce qui se passe dans les quartiers. Les ressentis divergent allant de « pas mal » à « pas terrible ». Cependant M. Batistoni considère que les paramètres d’évaluation de ce centre par d’éventuels visiteurs sont forcément faussés.

 

9 – Festival International du Film sur le Handicap (M. Oliviero)

Ce festival sera en accès libre. Il aura lieu du 1er au 16 septembre 2016. Un TGV partira de Copenhague et ira jusqu’à Cannes. Des projections de films auront lieu, suivies de remises de prix. Ce projet est parrainé par le Préfet Jean-Christophe Parisot, tétraplégique. Il se réalisera dans une dizaine de villes. M. Oliviero sert de relais sur Marseille pour l’organisation du festival. Le 14 septembre sera donné un spectacle par Frédéric Zeitoun, journaliste télévisé et paraplégique, un très beau spectacle affirme M. Oliviero qui l’a déjà vu à 2 reprises.

Erik Orsenna, académicien, écrivain et prix Goncourt 1988 est Président du comité de soutien chargé de trouver les fonds pour financer et soutenir le projet.

Agnès B. la créatrice, signe le design et offre les trophées qui seront remis lors du Festival.

Quand le train arrivera sur Marseille, les CIQ seront sollicités pour apporter leur aide dans les différentes animations, expositions etc.

 

10 – IML – L’Institut du Mouvement et de l’Appareil Locomoteur – Hôpital Sainte-Marguerite

  1. Sivrissarian nous parle du service du Professeur Jean-Noël Argenson où patients, soignants et chercheurs travaillent ensemble. Il explique comment en prélevant un bout d’os, le professeur Argenson a pu se rendre compte d’une carence chez son patient et changer l’articulation avec une injection de produit plutôt qu’en opérant. Ce service recherche des solutions innovantes, autres que chirurgicales. Le pôle « recherche » est dynamique, les opérations ne sont pas systématiques. Le Centre de Réadaptation Fonctionnelle de Valmante sera transféré à Sainte-Marguerite au mois de mai 2016.
  2. Batistoni fera parvenir aux membres présents un dossier de presse concernant l’IML.

 

La réunion se termine à 19 h 20

La prochaine réunion sera le mercredi 15 juin 2016

 

 

Alain Batistoni

Responsable de la Commission Santé

 

 

___________________________________________________________________________________________

 

Commission Santé du 25 novembre

 

Visite CMP – Hôpital E. Toulouse

150 rue de Crimée

Jeudi 3 décembre 2015

 

 

Présents : Angeli Monique - Batistoni Alain - Courtois Andrée - Cordier Michel - Dudefoy Françoise - Guipert Jean Jacques - Minéo Hélène - Piéri Michèle - Tabet Claude -

 

Excusés : Anglade Michèle - Boscher Yamouna - Fuste Pierre - Mordant Huguette - Riccardi Bernard

Tcharbatchian Patrick - Timizar Ali - Zaraloglou Eliane,

 

Hôpital E. Toulouse était représenté par Mme Torres. Docteur Psychiatre à L’hôpital E. Toulouse

 

La visite concernait le Centre Médico Psychologiques (C.M.P.) 150 rue de Crimée - 13003

 

1 - Centres Médico Psychologiques et lieux de Consultations

Les 1 er, 2ème, 3ème, 13ème, 14ème, 15ème, 16ème arrondissements de Marseille. Communes des Pennes Mirabeau et. de Septèmes les Vallons.

Hôpital E. Toulouse

118 chemin de Mimet, 13015 Marseille

Téléphone : 04 91 96 98 00

Site Internet: http://www.cf1.edouard-toulouse.fr

 

2 - Présentations

Le Centre Hospitalier Edouard Toulouse a développé des lieux de soins de proximité dans tous les arrondissements des quartiers nord et du centre de Marseille ainsi que des communes limitrophes.

 

Le principe de l'organisation est celui du secteur: Proximité des soins, Continuité des soins.

 

Les Centres Médico Psychologiques (CMP), sont des lieux de consultations dans votre quartier où vous pouvez rencontrer une équipe soignante qui vous accueillera et vous proposera des soins en fonction de votre demande et de vos difficultés •

Selon vos besoins, l'équipe pourra vous orienter vers d'autres lieux de soins sur le même territoire d'intervention.

 

Hôpitaux de Jour, C.A.T.T.P. (Centre d'Accueil Thérapeutique à Temps Partiel).Ateliers Thérapeutiques.

 

Ces lieux de soins se situent tous à proximité de transport et sont faciles d'accès.

 

 

3 – Missions : Accueil – Ecoute – Soin – Accompagnement – Visite à Domicile - Psychothérapie

Les consultations en CMP ont lieu chaque jour de la semaine du lundi au vendredi. Il est recommandé de téléphoner au CMP pour prendre des renseignements ou un rendez-vous.

Les soins sont dispensés gratuitement

 

4 – Vos lieux de Consultations en psychiatrie adultes

 

1 er et 2ème arrondissement •

CMP FRANCIS DE PRESSENSÉ

39, rue Francis de Pressensé

13001 Marseille - Tél : 04 91 90 01 28

 

2ème  (Quartiers Arenc et Joliette) et 3ème arrondissement

CMP BELLE DE MAI

150 rue de Crimée

13003 Marseille - Tél : 04 91 50 20 37

 

13ème arrondissement·

CMP SECTEUR 13

1A rue Sainte Agnès

13004 Marseille - Tél : 04 91 70 90 72

 

14ème arrondissement •

CMP MARINE BLANCHE

3, chemin de Saint Joseph à Sainte Marthe

13014 Marseille - Tél : 04 91 11 64 70

 

15ème arrondissement - (Quartier la Viste)

CMP LA VISTE

43, avenue de la Viste

13015 Marseille - Tél : 04 91 60 44 43

 

15ème arrondissement (Partie Littorale)

16ème arrondissement

Les Pennes Mirabeau

CMP DU PARC

Provisoirement installé Pavillon 7 du CH Edouard Toulouse

118 chemin de Mimet

13015 Marseille - Tél : 04 91 03 09 95

 

CMP LES CADENEAUX

65, vieille route de la Gavotte

13170 les Pennes Mirabeau - Tél : 04 91 09 09 64


5 – Vos lieux de Consultations en psychiatrie enfant adolescent

 

1er et 2ème arrondissements

CMP PYTHÉAS

  1. rue Pythéas

13001 Marseille         - Consultations Enfants        - 3ème étage - Tél : 04 91 55 59 37

                                    - Consultations adolescents  - 4ème étage - Tél : 04 91 55 68 30

 

CMP BUTTE DES CARMES (Antenne du CMP Pythéas)

2, rue des Grands Carmes

13002 Marseille         - Tél : 04 91 56 18 69

                                    - Tél : 04 91 55 59 37

 

13ème arrondissement

CMP LE CLOS

La Rose - HLM Le Clos - bâtiment 28 – Rez de chaussée

13013 Marseille - Tél : 04 91 06 68 02

 

14ème arrondissement

CMP VILLA JEANNE

7 boulevard Bourseult

13014 Marseille - Tél : 04 91 60 95 46

 

15ème arrondissement

CMP SAINT LOUIS

99 avenue de Saint Louis

13015 Marseille Tél : 04 91 60 08 20

 

CMP MAISON DU VIADUC (Antenne de Saint Louis).

363, Chemin du Viaduc à Saint Joseph

13015 Marseille – Tél : 04 91 96 16 15

 

16ème arrondissement

CMP SAINT ANDRÉ LITTORAL

114 boulevard Jean Labro,

Immeuble Grand Panorama

13016 – Marseille - Consultation Enfants             - 1er étage      - Tél : 04.91.46.29.89

                                    Consultations Adolescents   - 2ème étage     - Tél : 04.91.65.91.01

 

Les Pennes Mirabeau

CMP LES CADENEAUX (Antenne CMP Saint André)

65, vieille route de la Gavotte

13170 les Pennes Mirabeau  - Tél : 04 91 09 09 94

                                               - Tél : 04 91 46 29 89


6 – Vos lieux de Consultations en addictologie

Centre de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie

CSAPA CORDERIE

Boulevard de la Corderie

13006 Marseille

 

Consultations Adultes - Centre Puget Corderie - 2, Boulevard Notre Dame

Tél : 04 91 54 70 70

 

Consultations adolescents - Espace Puget Bis - 8, Boulevard Notre Dame

Tél : 04 96 17 67 75

 

7 – Fichiers joints au compte rendu

  1. 2015 – Hôpital E. Toulouse présentation
  2. 2015 - Guide Psychiatrique ambulatoire 21 mai

 

La réunion se termine à 15h30.

 

L’Animateur Commission Santé

Alain Batistoni

 

 

________________________________________________________________________________________________

Commission Santé

 Mercredi 21 octobre 2015

 

Présents : Angeli Monique, Anglade Michèle, Batistoni Alain, Dudefoy Françoise, Fuste Pierre, Guibert Jean-Jacques, Minéo Hélène, Mordant Huguette, Pieri Michèle, Schmit Evelyne

 

1 – Journée de l’accessibilité – 10 octobre

Le 10 octobre a eu lieu la journée de l’accessibilité dans le cadre de l’ADAP, suite aux 4 réunions qui se sont déroulées avec « j’accède » et M. André SIVRISSARIAN, en cours d’année. 35 scouts étaient présents ainsi que 3 ergothérapeutes.

Mme Géraldine DESPRES responsable de formation de 90 ergothérapeutes a été contacté téléphoniquement, pour la remercier (un mail a suivi).

Elle a été surprise de la réussite de la journée. On sent que le processus est en marche, on avance. En effet, 260 établissements ont été recensés sur les secteurs Chartreux, Valmante, Terrasses du Port, les Docks et la Rouvière.

Cette personne désire rester en contact avec la Commission pour les interventions 2016.

Une photo de cette journée a été mise en ligne sur le site de « Jaccede ».

 

2 – Les Fédérations et la commission santé

La Commission souhaite la création d’un lien par la création d’un interlocuteur santé, par Fédération.

 

3 – Vivacité

Lors de la journée de Vivacité, le Samedi 6 septembre, 2 cartons de livrets « Santé à Marseille » ont été distribués.

Nous avons constaté que les habitants manquaient d’informations et ne savaient pas forcément vers qui se tourner en cas de nécessité.

 

4 – Nouvel Arrivant

  1. P. Fusté nouveau participant à la commission santé dit avoir été agréablement surpris par l’implication des CIQ dans le domaine de la santé, dans lequel il s’est lui-même beaucoup impliqué à titre professionnel et associatif, car pour lui les CIQ s’occupaient davantage des questions de routes, de poubelles...

 

 

 

5 – COSM - Le Conseil d’Orientation en Santé Mentale

  1. Batistoni exprime l’intérêt qu’il y a à faire une équipe, ne pouvant lui-même assister à toutes les réunions concernant la santé sur Marseille.

Il est important pour le bon fonctionnement de la commission santé de la Confédération que certains membres puissent siéger au sein du COSM

Le président fera la demande au sein du COSM et si la réponse est positive soumettra la ou les candidatures au Bureau de la Confédération.

Pour la réunion plénière de novembre une demande sera faite pour savoir si celle-ci est ouverte à un public averti.

 

6 – SLEEP-IN

  1. Batistoni exprime l’intérêt qu’il y a à faire une équipe, ne pouvant lui-même assister à toutes les réunions concernant la santé sur Marseille.

Il est important pour le bon fonctionnement de la commission santé de la Confédération que certains membres puissent siéger au sein du COSM

Mme Anglade se propose de participer à la réunion du 12 novembre 2015 à 10h à l’association Sleep’in, qui accueille des personnes droguées.

Le président fera la demande au sein du COSM et si la réponse est positive soumettra la candidature au Bureau de la Confédération.

 

7 – APHM

Il serait par ailleurs souhaitable de rencontrer la directrice de l’AP-HM.

Beaucoup de services migrent à la Conception et la Timone, les services sont surchargés. On peut se poser raisonnablement la question de ce que devient le service au public, particulièrement dans les quartiers défavorisés où les gens souffrent plus qu’ailleurs de diverses pathologies comme l’obésité.

On parle d’économie et de réduction des coûts, mais ne pas soigner les gens finit à moyen terme à revenir plus cher que de les soigner. L’argent des hôpitaux doit être mieux utilisé mais les hôpitaux ne sont pas là pour faire des bénéfices, il s’agit d’un service public.

Plusieurs participantes regrettent le peu de financement accordé aux soins par rapport à d’autres secteurs. L’une souligne que tandis que la TVA sport est à 5,5 %, des produits tels que le papier hygiénique ou les couches sont facturés à un taux de TVA de 20 %. Il est souligné qu’à l’intérieur de l’enveloppe globale, se situent des choses parallèles inutiles.

 

8 – Hôpital Laveran

La Commission a reçu une invitation le 12 novembre 2015, au CRUQ (Commission de Relation avec les Usagers – Qualité), de la part de l’Hôpital de Laveran.

 

 

9 - Journée de sensibilisation sur les addictions (tabac, alcool, jeu)

Cette journée se tiendra lundi 16 novembre à la Cité des Associations de 9h à 17h.

Un mail via le secrétariat de la Confédération informera les Présidents de Fédération et de CIQ ainsi que les membres de la Commission Santé.

 

10 – Réunion de Novembre

Le jeudi 25 novembre à 17 h 30.

 

Alain BATISTONI

Animateur de la Commission Santé

 

________________________________________________________________________________________________________________________ 

Réunion Commission Santé

Mercredi 23 septembre 2015

Ouverture de la réunion à 18 h.

Présents : MORDANT Huguette, ANGELI Monique, ZARALOGLOU Eliane, BATISTONI Alain, SIVRISSARIAN

André

Dans le cadre de l’AD’AP (Agenda D’Accessibilité Programmé), diverses manifestations sont organisées.

Jaccede.com, le site internet créé par Damien Birambeau, qui répertorie les lieux adaptés aux personnes

en situation de handicap et les valorise, y participe. 75 000 établissements sont aujourd’hui référencés sur

le site. Ces manifestations sont particulièrement nécessaires, car la plupart des pays sont plus

« accessibles » aujourd’hui que la France.

A Marseille, la mairie s’est beaucoup investie pour sensibiliser la population et a effectué d’importantes

dépenses pour la mise aux normes. Mais cette sensibilisation passe par différents vecteurs, comme la

formation Handibat. Il est important que les CIQ s’impliquent également en tant que lieu social, on peut

demander aux gens d’être des intermédiaires.

La loi sur l’accessibilité prend effet le 27 septembre 2015. Tous les établissements qui reçoivent du public

ont l’obligation de rendre accessible leurs locaux. Un dossier doit être déposé en préfecture, les

propriétaires des locaux s’engageant à réaliser les travaux en un temps déterminé, sur 1, 2 ou 3 ans.

Dans les faits, les entreprises éprouvant d’importantes contraintes financières, dont le bilan serait négatif

les 3 dernières années par exemple, les lieux possédant un taux élevé de commerces adaptés où certains

commerçants éprouveraient des difficultés à effectuer les travaux en un temps restreint, pourraient

bénéficier de dérogation et voir leurs délais allongés, possiblement à 6 ou 9 ans, mais cela devra être

justifié, sinon cela tombe sous le coup de la loi. Si les travaux ont un coût très élevé, afin d’éviter de lourdes

pénalités, des médecins pourraient être amenés à fermer leur cabinet pour ne plus consulter qu’à

domicile.

Aussi, tous les bâtiments ne pourront bénéficier d’une mise aux normes draconienne, comme les vieux

immeubles avec beaucoup de marches ou certains quartiers comme celui du Panier. Le but est de valoriser

les actions entreprises et de faire avancer les projets, non de sanctionner de manière inconsidérée ; De

trouver le meilleur système non d’aller à l’affrontement. Les bâtiments neufs ont été pensés pour être

accessible, c’est le cas des 160 établissements des Terrasses du Port.

Afin de valoriser les actions, les lieux publics entreront dans l’annuaire de jaccede.com, un autocollant leur

sera donné, leur permettant de se signaler comme accessibles et sympathiques. Certains regrettent que

l’on ne souligne pas suffisamment les points positifs concernant l’avancée des prises de consciences et des

travaux effectués. Lorsque l’on commence à sensibiliser les gens de nombreux problèmes apparaissent,

mais peu à peu les gens prennent leur place et au fur et à mesure on avance, comme pour l’écologie. La

cause écologique a fait un bon au cours des 10 dernières années, il en sera de même pour celle du

handicap.

Il serait intéressant qu’un architecte vienne à la Confédération lors d’une prochaine session, afin de

répondre aux questions précises des commerçants. En effet, il semblerait que pour l’instant l’information

ne soit pas passée concernant cette nouvelle loi, beaucoup de commerçants ne savent pas comment faire.

Même si Marseille 2013 a changé beaucoup de choses, que des informations ont été transmises, via

différents médias comme la série « Plus belle la vie » par exemple où des acteurs en fauteuil étaient mis

en scène, la loi proprement dite n’a pas bénéficié d’une énorme publicité.

Certains syndicats en revanche se sont particulièrement mobilisés pour informer, c’est le cas du syndicat

de l’hôtellerie.

Le 10 octobre 2015 aura lieu une opération scouts avec des équipes « Flash Mob » (regroupement de

personnes pour une mobilisation éclair via internet). Cela permet aux gens de s’inscrire par les moyens de

communication modernes. Les gens seront habillés en vert. Il faudrait que quelques CIQ jouent le jeu, que

quelques personnes véhiculées s’impliquent, que des gens du CIQ servent de personnes référentes pour

encadrer les scouts. L’intérêt est de s’éparpiller afin de faire connaître le but de cette action à un maximum

de gens. Peut-être serait-il possible de faire une photo avec des personnes en fauteuil devant la porte de

la Confédération Générale des CIQ ou à proximité. Cela demanderait l’aval de la Mairie.

Les actions permettant de faire connaître les problématiques des personnes en situations de handicap

portent généralement et particulièrement dans les quartiers dits « sensibles ». En effet, l’action « Différent

comme tout le monde », soutenue par le Préfet M. Parisot, tétraplégique, dont la dernière séance a eu

lieu dans un quartier défavorisé d’Avignon, a montré aux jeunes qu’il existait toutes sortes de handicaps

mais aucun dont on ne pouvait se sortir. Si bien que certains jeunes se sont exclamés au cours de

l’intervention : « moi aussi je veux être préfet ! »

Fermeture de la réunion à 19h30.

Alain BATISTONI

Animateur de la Commission Santé

 

 

Annuaire Santé     

 

 

                     ------------------------------------------------------------

Compte-rendu Visite Hôpital Européen

6 rue Désiré Clay - 13003

 

MERCREDI 20 MAI 2015

 

 

Présents :

Excusé(es) :

 

La visite débute à 14 h 30. M. Jean Pascal Cordesse, Directeur Général et Mme Balaguer Nadine directrice de L’hôpital Européen nous ont fait une présentation détaillée de cet établissement.

 

L’hôpital européen (Fondation Ambroise Paré) est issu du regroupement des hôpitaux Ambroise Paré et Desbief, deux établissements qui partageaient les mêmes valeurs et dont les compétences étaient complémentaires. Il a ouvert ses portes le 19 août 2013 (après 4 ans de travaux).

 

A la demande de Mme Vedel, Présidente du CIQ Baille/Lodi, une permanence médicale a été créée dans ce quartier afin de combler le vide laissé par la fermeture de l’hôpital Ambroise Paré.

 

Couvrant une surface de 60.000 m2 (parkings compris), il se répartit sur 5 niveaux. L’emplacement dans le 3ème arrondissement a été choisi pour pallier au déséquilibre entre le nord et le sud de Marseille.

 

A l’origine, Ambroise Paré employait  550 personnes,  Desbief 350.  A l’heure actuelle l’hôpital  Européen compte  près de 1.200 employés, auxquels viennent se greffer le personnel d’autres entités partenaires telles que l’Ecole d’infirmières, le Centre de soins de suite et de réadaptation Valmante UGECAM, le laboratoire Alphabio ,….

 

L’Hôpital Européen a segmenté son offre de soins par pôles d’excellence :

 

- pôle cardio-vasculaire et thoracique

- pôle cancérologie

- pôle digestif, viscéral, hépato-gastro-entérologie

- pôle gynécologique et mammaire

- pôle ostéo-articulaire et neurologique

- pôle tête et cou

- pôle hématologie, infectiologie et médecine interne

- pôle urologie et néphrologie

- pôle chirurgie plastique et réparatrice

- pôle soins critiques.

 

L’Hôpital Européen en chiffres :

 

300 médecins libéraux exercent en son sein (en comparaison des  150 médecins que comptaient  Desbief et Ambroise Paré).

 

Capacité :   588 lits, dont

 

  • Ø 364 lits de court séjour
  • Ø 94 lits en hôpital de jour
  • Ø 130 lits de moyen et long séjour
  • Ø Un service d’urgences ouvert 24h/24 – 7 j/7
  • Ø Un service SOS mains
  • Ø 15 lits et 3 appartements sont destinés aux personnes qui n’ont pas d’hébergement à Marseille.

 

  • Ø 80 % constituent des chambres particulières. Les chambres sont « doublables », c’est-à-dire qu’elles se présentent sous forme de chambre particulière mais peuvent être occupées par une seconde personne  en cas de besoin (le patient ne pas paie de supplément).

 

  • Ø 55 % des hospitalisations sont faites en ambulatoires.
  • Ø il faut noter que plus de 20 % des actes sont pris en charge dans le cadre de la Couverture Maladie Universelle (CMU).

 

L’Hôpital Européen ne dispose pas de maternité ni d’unité de pédiatrie (les enfants y sont accueillis à partir de l’âge de  5 ans).

 

Les participants ont été invités à visiter divers services : radiologie (IRM, Scanners, ) ainsi que les chambres et appartements.

 

 

Intervention de la Confédération :

L’hôpital Européen est en étroites relations  avec les deux CIQ auxquels il est affilié.

 

L’intervention de la Confédération pourrait intervenir sur 2 plans :

 

  • Ø Au niveau communication : mise en ligne via le site internet d’une plaquette d’informations sur les différents services proposés par l’hôpital ;

 

  • Ø Au niveau cancérologie, L’action actuelle du service compétent s’effectue sur deux axes = le pré diagnostic et le traitement de la maladie. Dans les faits, les malades sont dirigés vers d’autres entités (IPC, HP) pour l’établissement du diagnostic complet.

 

L’hôpital attend depuis plusieurs années l’autorisation pour s’équiper d’un PET scan. Il s’agit d’un scanner très élaboré déjà utilisé à l’I.P.C. (Institut Paoli Calmettes) et à l’APHM. Cette acquisition permettrait une meilleure gestion du traitement des malades en leur évitant les nombreux déplacements  nécessaires entre les phases de pré diagnostic et le traitement à proprement parlé de la maladie.

 

Une intervention de la Confédération auprès des instances compétentes pourrait appuyer leur demande (modalités à déterminer).

 

Pour en savoir plus : http://www.hopital-europeen.fr/

 

La réunion se termine à 17 h

 

                                                                               Alain Batistoni

                                                                               Animateur Commission Santé

 

Réunion   Commission Santé

 

Mercredi  18 mars 2015

 

Présents :

Angeli Monique - Anglade Michèle - Batistoni Alain - Courtois André Claude - Guipert Jean Jacques - Minéo Hélène - Pieri Michèle - Riccardi Bernard

 

Approbation Compte rendu du 18 février 2015

Le compte rendu du 18 février est adopté

 

Mail Handi Santé 13

Ce mail a été reçu le lundi 23 février nous demandant de rencontrer la commission santé. Après recherches aucun des membres ne connaît cette association. En conséquence, Nous allons demander des renseignements à la responsable du Handicap sur l’APHM, pour connaître la suite à donner à ce mail.

 

Projet de Visite Hôpital Européen – Hôpital Laveran – Clinique Bonneveine

M. Riccardi doit contacter les responsable afin que les membres de la commission santé le désirant une visite des établissements cités plus haut.

 

ASTREE

Le bilan de 2014 et la lettre de présentation de la commission santé et Astree sont distribués en séance.

La commission santé souhaite 4 réunions avec les fédérations en suivant le découpage de la Police Municipale.

 

APHM – Bâtiment Approvisionnement Marseille 15

Nous allons demande de visiter le centre d’approvisionnement de médicaments et d’hôtellerie situé dans le 15ème arrondissement prés du chemin du littoral

 

 

L’ordre du jour étant épuisé la séance est levée à 18 h 15

 

 

La prochaine commission santé

Le mercredi 20 mai 2015 à 17 h 30

 

****

 

Compte rendu Réunion Jeudi 18 février

 

 

1 -  L’AD’AP du 26 Septembre 2014

Tous les propriétaires ou exploitants d’un établissement recevant du public (ERP) qui ne respectent pas les normes d’accessibilité au 31 décembre 2014 sont tenue d’élaborer un Agenda d’Accessibilité programmée – Ad’AP.

Cet Ad’AP précise les travaux à réaliser, le calendrier et le financement.

Un dossier doit donc être déposé en Mairie ou en Préfecture avant le 26 septembre 2015.

Mais cette date peut être reportée de trois années maximum –jusqu’au 30 septembre 2018 – en cas de « difficultés techniques ou financières ».

Quatre mois après le dépôt du dossier, sans réponse négative de l’administration, d’Ad’AP est considéré comme validé.

Ces délais de mise aux normes seront étendus en fonction de la taille des ER.

 Par exemple, les ERP pouvant accueillir au plus 200 personnes (5ème catégorie), qui représente 80 % des ERP- auront trois ans maximum pour réaliser les travaux à compter de la date d’approbation de l’ Ad’AP. Ce délai peut être reporté au 26 janvier 2019, voire au 26 janvier 2022.

Les gestionnaires qui ont plus de 50 ERP disposeront obligatoirement de 9 ans.

Les ERP plus grands -1er à 4ème catégorie – disposeront de six années maximum après la date d’approbation de leur Ad’AP pour le mener à bien, soit jusqu’au 26 janvier 2022 au plus tard, ou 26 janvier 2025 s’ils obtiennent un report maximal de la date de dépôt de leur Ad’AP.

 

Suivant le décret n° 20141326 du 5/11/14 les établissements Publics en cas d’impossibilité technique des dérogations pourront être accordées.

 

Par contre sous réserve  de faisabilité il y aura OBLIGATION pour les établissements Privés

 

Toutes ces possibilités de report amènent à s’interroger sur l’application de cette ordonnance. Cela a mené à différentes actions :

L’envoi d’un courrier aux élus, les invitant à s’opposer à la ratification de cette ordonnance et leur demandant une intervention pour l’élaboration d’un nouveau texte répondant à l’intérêt général (en annexe).

Une manifestation inter associative qui s’est tenue le 11 février dernier sous l’ombrière et qui a réuni une trentaine de personnes

 

2 - Proposition projet inter associatif  entre les CIQ et l’Association ASTREE.

Cette association loi 1901, créée en 1987, a pour vocation de restaurer le lien social ou de contribuer à son maintien par un accompagnement individualisé spécifique. L’accompagnement est proposé à toute personne fragilisée par une étape de vie difficile (deuil, rupture familiale ou professionnelle, maladie, isolement, dépression….). ASTREE transmet son savoir-faire à toutes celles et ceux qui souhaitent soutenir une personne en difficulté (information sur le site www.astree.assp.fr).

Dans le cadre de cette information la Confédération Générale des CIQ pourrait la relayer sur les activités d’ASTREE par le biais de tout moyen et support de communication approprié.

 

3 – PORTE DOCUMENT

Un porte document a été mis à la disposition des membres (avec mode opératoire)  de la commission santé, ceci permet de n’avoir pas des fichiers volumineux à échanger par mail.

 

4 - CONTRAT LOCAL DE SANTE n° 2

Le contrat local de santé n° 2 a été signé en Mairie le lundi 9 février 2015, c'est important pour nos réunions à venir. Et cela concerne aussi le vieillissement de la population.

 

5 - COSIM

Semaine d’information Santé Mentale (SISM), Colloque “Les adolescents aujourd’hui” 17 et 18 Mars à Conseil Général Hôtel du Département (CG13)

 

Cette semaine est organisé par Arpsydemio et le Pôle Infanto-juvénile du Centre Hospitalier Édouard Toulouse

 

Les adolescents aujourd’hui

Période de profond bouleversement lié au séisme pubertaire, la traversée adolescente est aussi un moment de forte sensibilité à l’environnement. Certains professionnels parlent de 2ème naissance, riche de potentialité de changement, ce temps des possibles est aussi une période à haut risque d’exclusion. Pour l’OMS, la santé mentale des jeunes est une priorité de santé publique : de fait, 10 à 20 % des 15 – 25 ans présenteront des troubles psychiques, et si la dépression est la 1ère cause de maladie, le suicide est la 3ème cause de décès des 10,  19 ans.

L’enjeu est donc fort, et la question de tous. De nombreux professionnels dans différentes situations contribuent déjà à contenir les mouvements pour accompagner le parcours des adolescents vers la maturation. Celui-ci passe par le développement de la créativité, la construction d’une capacité d’ouverture et de reconnaissance de l’autre.

Les adultes, parents comme professionnels, peuvent-ils ensemble accepter de rester attentifs au sens du « passage à l’acte » et du « dépassement de limite » et faire avec leurs fréquents désarrois ?

Placer sous le signe des échanges, ce colloque ambitionne à la fois de croiser les points de vue de spécialistes issus de disciplines différentes, de contribuer à un état des lieux des pratiques en particulier des partenariats auprès des adolescents et de permettre l’expression de parents voire d’adolescents sur les questions que pose cette période cruciale.

Dr Valérie Garson, Chef du Pôle Infanto-juvénile du Centre Hospitalier Edouard Toulouse

 

6 - Charte Romain JACOB

Signé à l’APHM  jeudi 19 février 2015 La Commission santé de la Confédération était représentée.

La prochaine Réunion

de la Commission santé

Mercredi 18 mars à 17 h 30

                                                                 

 

Compte   rendu réunion APHM

 

Lundi 20   octobre 2014

 

 

FACILITE L’ACCES AU SOINS DES PERSONNES HANDICAPEES

Présentation du déploiement de Handi-Santé 13

 

« Protéger ses enfants de la différence c’est les appauvrir »

 

« Seul on va très vite, ensemble on va très loin »

 

C’est un enjeu de société majeur. Dans les BDR cette action pilote concerne 3 centres hospitaliers Aix, Salon et la Timone de l’APHM.

 

Handi Santé 13 centre d’appui à la coordination des parcours de santé des personnes handicapées quelque soit l’âge ou le type de handicap  (moteur, sensoriel, mental, psychique, cognitif, poly-handicap, etc. ).

Handi Santé 13 a comme objectif de favoriser l’accompagnement des personnes handicapées dans leur spécificité, la coordination des soins pour assurer un parcours de soins sans rupture, la sensibilisation et la formation des professionnels de santé, et l’identification des ressources de soins accessible selon le type d’handicap.

 

Quelques données lors de la réunion.

 

  • Avril 2013 - Le rapport de Pascal Jacob Président de Handidactique - I = MC2
  • Création d’une commission de santé au sein de l’APHM coordonne les différents types de maladie pour un malade handicapé.
  • 10 % d’handicapées soit prés de 6 millions, 80 % vivent à domicile, 15 % sont dans des Etablissements de santé ;
  • 26000 familles où les parents d’une personne handicapée ont plus de 80 ans.
  • Faciliter l’HAD – Hospitalisation à domicile
  • 1 malade sur 2 atteintes de maladies chroniques, 70 % ne sont pas soignés.
  • En France les médecins deviennent trop spécialistes. Quand les parents deviennent parents d’handicapées ils deviennent coordinateur des médecins spécialistes et il y a risque d’altrogène (l'utilisation de médicaments qui peuvent contrevenir à un autre, chaque spécialistes donnant son ordonnance).
  • Dans 3 régions pilotes 73 % abandonne les soins courants, en effet la prévention des maladies pour les personnes handicapées a été oubliée.
  • Le Cancer en France pour le cancer du colon 11 % et le sein 8 % 20 fois supérieur à la norme française.
  • Le protocole du corps n’est pas en usage en France.
  • Pour les valides tout au long de leur vie ils ont la médecine scolaire, la médecine préventive, la médecine du travail. Pour les handicapées ?????
  • Maltraitance des personnels de santé car par exemple un infirmier a des difficultés de faire des soins à un handicapées.
  • Pas de soins sans un bon accompagnement

 

Conclusion :

En 2014 doit être signé une charte nationale pour l’accés aux soins des personnes handicapées.

Négociation avec la Sécurité Sociale des tarifs appropriés pour les soins d’un handicapé

Mise en place à l’APHM d’une fiche habitude de vie

Convention de l’Hôpital avec les médico sociaux

 

                                                                 

 

Réunion   Commission Santé

 

Mercredi 15   octobre 2014

 

Présents : Batistoni Alain - Angeli Monique – Ballansat Retraite – Boschere yamouna - Monnier Monique – Riccardi Bernard - Tron Jacques

Excusés : Marcorelles Christiane – Anglade Michele – Garabedian Fréderic - Rizzitelli Patrick       

 

1 – Approbation PV du 24 septembre

Le PV du 24 septembre est adopté

 

2 – Périodicité des Réunion

En accord avec les participants il a été décidé de se réunir tous les bimestres

 

3 – Information sur ASTREE

Actuellement, M. Batistoni pour le moment est le référent envers ASTREE. En accord avec le CA nous allons demander des réunions d’informations pour présenter l’association ASTREE aux fédérations. Nous expliquerons le rôle des Fédérations et de  la confédération au sein de ce partenariat.

 

4 – Dr Gaunet – Dr Portier – La Maltraitance des Personnes âgées

Nous devons entendre le mot « Maltraitance » au sens où la société ne traite pas ou traite mal les personnes âgées, sans oublier toutefois que la maltraitance physique existe. Le Dr Portier devait nous faire parvenir, les différents contacts des associations qui s’occupent de la « Maltraitance « des Personnes Agées.

M. Batistoni prendra contact avec le Dr Portier pour la mise en place des procédures et la présentation au sein des Fédération pour expliquer le rôle des Fédérations et de la confédération au sein de ce partenariat.

 

4 – Charte Handicap

Depuis 2013, nous avons entrepris une démarche afin d’obtenir une mise en place de l’accessibilité au sein de la région Marseillaise.

Un certain nombre d’associations se sont réunies au sein d’un collectif afin de reconnaître la personne en situation de mobilité réduite (plus communément appelée handicapée) à faire reconnaître ses droits auprès des institutionnels.

La confédération sert de « facility » afin de sensibiliser nos élus à ce problème ; En effet Marseille approche « la cloche de bois » dans le classement National.

Nous participons à l’élaboration d’un pacte sur le handicap regroupant les volets suivants : Changer le regard - Le transport - La scolarité - Le logement - L’accessibilité - L’accès à la culture et aux loisirs - La citoyenneté - L’emploi

 

Réunion inter associations le le 5 décembre

 à l’APF - avenue de la Capelette

, la commission santé sera représentée par Mrs Batistoni et Riccardi.