Commission Sécurité

 

 

Commission Sécurité Du Lundi 21 mars 2016

 

Présents : Mme Angeli Monique, Mme Ansaldo Henriette, Mme Chaix Mireille, M. Charlan Yves, Mme Ciampoltrini Claude, Mme Couture Marie-Claude, M. Desmedt Franck, M. Fabiani Christian, M. Farina Victor, Mme Goldet Hélène, M. Guipert Jean-Jacques, Mme Minéo Hélène, Mme Monnier Monique, Mme Morandeau Béatrice, Mme Mordant Huguette, Mme Pieri Michele, M. Pouget Roland, Mme Rahal Fatia-Patou, M. Rizzitelli Patrick, Mme Rochette Yvette, M. Stefanini René, Mme Tabet Claude, Mme Zaraloglou Eliane

Excusés : Mme Geneviève Canicave, M. Barberis Jean-Louis

 

Ouverture de la réunion à 18 h.

 

  1. Farina ouvre la réunion en rappelant qu’en 2015 ont eu lieu deux élections, Départementales au printemps et Régionales en fin d’année ; de ce fait, le Préfet de Police n’a pas pu être disponible pour participer aux éventuelles Commissions de Sécurité de la Confédération, étant tenu par son devoir de réserve. Le 27 mai 2015, Mme Caroline Pozmentier Adjointe au Maire Déléguée à la Sécurité Publique a annoncé en présence des Présidents de Fédération de C.I.Q., la création début février 2016, d’une brigade de nuit dans la Police Municipale. La création de cette brigade a donné lieu à ce jour à une centaine d’interpellations. M. Farina donne la parole aux représentants des CIQ.

 

 

Point sur les réunions sécurité CIQ/Police Nationale/Police Municipale :

 

Mme Chaix, Présidente du CIQ Longchamp-Flammarion (1er), informe qu’une réunion Sécurité se tient toutes les 5 semaines dans son secteur et que cela apporte un confort notable. Rive-Neuve – Saint-Victor, une boîte de nuit a ouvert ses portes. Une réunion doit se tenir à ce sujet avec Mme Sabine Bernasconi, Maire des 1er et 7e arrondissements, le Préfet de Police et le commissaire Longuet. « La municipalité veut que la Ville de Marseille vive la nuit mais les riverains ont le droit de dormir aussi ».

Des bars s’installent, des snacks et restaurants-karaokés avec leurs nuisances nocturnes. Ils n’ont ni autorisation, ni isolation conforme à la législation.

Des attroupements de jeunes se forment. Ils squattent les entrées d’immeubles tous les jours dans la rue Consolat. Des contrôles sont mis en place, mais la police ne peut rien faire. On retrouve de l’alcool sur la chaussée devant le Longchamp Palace. Aucune police n’est présente pour faire respecter l’espace public. De 19h à 3h du matin, jusqu’à 50 jeunes sont présents chaque soir et l’unique réponse obtenue est « Il n’y a pas de délit ». Il s’agit d’une difficulté générale à de nombreux quartiers, principalement du 1er et de sa périphérie. M. Mizzi Chef de Service de Police Municipale est le référent pour les réunions sécurité du 1er arrondissement.

 

  1. Farina assure que la Confédération est sensibilisée à ce problème et reconnaît qu’un espace pour chacun est nécessaire. Le Président de la Confédération travaille sur ce dossier. M. Farina propose de faire remonter ces informations au Préfet de Police.

 

Mme Ciampoltrini, Présidente du CIQ Bourse-Belsunce confirme que la présence de SDF nécessiterait l’intervention de l’hygiène, de la police, mais qu’il n’y a pas grand-chose à faire.

 

  1. Farina rappelle qu’en 2013 un périmètre a été mis en place à la demande de Madame Monique Cordier, ainsi qu’une demande d’arrêté contre la mendicité sur l’ensemble de Marseille.

Mme Zaraloglou, Présidente du CIQ Chapitre-Réformés (1er) décrit la situation comme affreuse et évoque les problèmes de marginaux, de drogués, de prostitué(e)s. Il y a 15 prostitué(e)s aux Danaïdes, le cours Joseph Thierry est rempli de marginaux. « Le soir, je ne viens plus aux réunions ». Mme Zaraloglou bataille depuis 8 mois avec la Police Municipale pour faire enlever un abribus qui n’a pas de numéro, au niveau du tram cours Joseph Thierry. Il s’agit uniquement d’un lieu de descente, rue de la Grande Armée. Des démarches ont été effectuées auprès de la Mairie, de MPM, de la Police Municipale, la question a été évoquée lors des réunions Sécurité. Il sert principalement d’abri de jour pour les marginaux. Mme Zaraloglou souhaiterait qu’il soit enlevé, sinon en totalité, du moins le bas et la vitre. Elle souligne que le service de la Soupe Populaire le soir est « une pompe aspirante ».

 

Mme Chaix insiste également sur la présence d’Emmaüs devant la mairie de secteur et de la Croix de Malte à hauteur des Danaïdes.

 

Mme Ciampoltrini pointe les usagers qui se garent n’importe comment, ainsi que les stationnements pour les livraisons. La Police Municipale et M. Ricca ont été interpellés à ce sujet.

 

  1. Guipert, Président de la Fédération de CIQ du 2e, ne fait plus de réunions de police. Une rencontre a lieu tous les 2 mois avec la Mairie et cela a des effets redondant. Il précise par ailleurs que tous les CIQ possèdent les coordonnées des policiers et ajoute qu’il est normal qu’il y ait du bruit au niveau du Vieux-Port à cause du tourisme.

Il lui est fait part de l’étonnement du commissaire de ne pas avoir de ses nouvelles.

 

Mme Rahal, Présidente du CIQ du Panier (2e) indique que des gens ne peuvent pas rentrer chez eux à cause du stationnement anarchique et reconnaît que c’est le cas dans toute la ville. Il y a du racket devant le collège Versailles, aucune plainte n’est jamais déposée à cause des risques de représailles. Mme Rahal rapporte la présence d’une brigade spéciale au Panier, contre le vol à l’arrachée.

Dans le 2ème et dans les quartiers Nord, beaucoup de gens se plaignent de ne pas voir de policiers. Ils font leur travail, on l’a vu lors des opérations Carmes-Panier et Panier-Carmes. L’ancien Procureur de la République M. Dallest certifiait « Vous avez l’arrondissement le plus calme de Marseille ».

Plusieurs CIQ sont d’accord pour relancer les réunions avec la Police Municipale. Mais pour intervenir les policiers ne sont pas assez nombreux.

 

Mme Zaraloglou confirme l’utilité de ces réunions. « Cela permet aux gens de se connaître physiquement ».

 

  1. Farina indique que ces réunions font évoluer les services de sécurité et connaître les problèmes à résoudre. Mais pour cela il faut se rencontrer. Depuis 2012, cela a permis de créer une véritable émulation entre les services.

 

  1. Guipert conteste, affirmant être en lien avec la Police Nationale depuis 2004, sans que cela n’ait rien changé.

 

  1. Farina répond que cela a permis une meilleure communication et plus de coopération. Ce système a été mis en place par Mme Cordier avec uniquement la présence de la Police Municipale et la Police Nationale. La neutralité est favorisée s’il n’y a pas d’élu.

 

Mme Angeli Présidente du CIQ Joliette-Major (2e) indique que certains CIQ ont des contacts plus importants avec les élus, ce qui restreint le nombre de réunions. Il n’y a pas de police, juste le maire.

 

Mme Tabet Présidente de la Fédération de CIQ du 3e fait une réunion avec la Police Municipale et la Police Nationale tous les 2 mois et ça fonctionne très bien. Un rapport des avancées est édité, le travail de la Police Municipale est considérable. Mme Tabet souligne particulièrement les progrès depuis l’intervention de M. Labouz, Directeur de la police de Marseille. Les résultats sont présents à chaque doléance. Les affaires sont traitées, les voitures enlevées sous quinzaine. Il y a toujours des nuisances comme la drogue, mais de manière moins importante depuis que la Brigade passe la nuit.

Le Président du CIQ Saint-Lazare a demandé qu’il soit précisé qu'il a des problèmes pour l'enlèvement de certains de ses véhicules.

 

Mme Zaraloglou souligne que le problème est les 2h de battement entre la Brigade de nuit et la Brigade de jour pour la Police Municipale (entre 04H00 et 06H00).

 

Mme Goldet Présidente du CIQ Duparc-Beausoleil (4e) dit que les réunions Police Municipale et Police Nationale sont très bien. Elle pointe particulièrement le problème des chaînes illégales.

 

Mme Rochette Présidente du CIQ Michelet-St-Giniez (8e) informe qu’il y a un vide juridique. Les chaînes ne sont pas interdites entre deux potelets pour réserver l’emplacement d’un garage, pour se protéger.

 

  1. Farina souligne que ces chaînes, souvent en plastique, sont sous la responsabilité de celui qui les utilise.

 

Mme Goldet affirme qu’il faut une AOT (Autorisation d’Occupation du Territoire) pour s’installer dans l’espace public. Il faudrait améliorer la gestion des autorisations, la clarté avec lesquelles elles sont données pour les motos.

 

  1. Farina répond qu’il n’y a pas de vide juridique pour les motos, on les enlève. Mais les chaînes c’est autre chose. Elles servent à protéger les entrées de garages, elles ne gênent pas le trottoir.

 

Mme Goldet évoque les 500m de chaînes des deux côtés de la rue, en bas de l’avenue Montolivet. La Police Municipale a envoyé un papier rappelant l’interdiction des chaînes mais ne peut rien faire, son moyen d’action est amputé. Le CIQ Duparc-Beausoleil reconnaît avoir une excellente relation avec les 2 polices.

 

  1. Farina confirme que la Confédération permet d’avoir beaucoup d’entrées (MPM, Seram, numéro de l’officier de police, etc.).

 

Mme Mordant, représentante de la Fédération de CIQ du 5e indique que son quartier est également considéré comme calme. Des réunions ont lieu tous les 2-3 mois. Les relations avec les policiers sont bonnes. L’intérêt de ces réunions est de faire l’unité du secteur, de voir le déplacement des délinquants. La dernière réunion ne comprenait que la Police Municipale. Une réunion a lieu tous les mardis pour faire le point avec le contact à la Mairie M. Mizzi ainsi que M. Khelifi.

 

  1. Charlan, secrétaire de la Fédération des CIQ du 6ème annonce une réunion avec la Police Municipale et la Police Nationale tous les 2 mois. Il constate que tout se passe bien depuis la mise en place de M. Labouz. « Tout ce que nous demandons nous l’obtenons ». Au niveau de la Plaine, du Cours Julien, de la place Castellane sévissent principalement les problèmes de drogues, de SDF.
  2. Tricoche Président du CIQ Cours Lieutaud-Rome-Préfecture arrive à faire enlever les chaînes. Cela demande un constat de la Police Municipale ainsi qu’un jugement. La Police Municipale ne comporte pas suffisamment d’effectif. La Police Nationale est présente à chaque Assemblée Générale de la Fédération de CIQ et ça marche très bien. Concernant le stationnement « nous avons des parkings 2 roues ». M. Charlan demande davantage de Police Municipale en tenue sur le terrain.

 

  1. Stefanini représentant du CIQ Pharo-Catalans (7e) indique qu’une réunion mensuelle a lieu avec les représentants de la Police Municipale. Cela permet des échanges d’informations et plus de réactivité. Le point noir est le système de référents « voisins vigilants ». Le stationnement des motos et voitures ne pose pas de problème, si elles gênent elles sont mises en fourrière. La Police Municipale travaille la nuit. M. Stefanini exprime sa satisfaction.

 

  1. Desmedt Vice-Président de la Fédération de CIQ du 8e confirme l’émulation entre la Police Municipale et la Police Nationale. Il souligne la hausse importante des vols et cambriolages au Roy d’Espagne, d’1,5 fois par rapport à 2015. Les délinquants sont difficiles à arrêter à cause du nombre d’hectares en espaces verts.

Un autre souci, le Lycée Marseilleveyre dont l’entrée/sortie est continuellement bouchée par les 300 enfants accompagnés par leurs parents.

 

  1. Farina intervient en tant que Président de la Fédération de CIQ du 10e. Une réunion a lieu toutes les 6 semaines. La Division Sud a entamé de gros travaux de réaménagement du commissariat qui vont durer 18 mois. Un transfert provisoire se fera au 38 rue Baptiste Bonnet (8e). Le principal souci dans le secteur est les squats. M. Farina précise qu’il faut être des sentinelles, appeler la mairie de secteur sous 48h pour que ça soit efficace, ainsi que le responsable du commissariat de l’arrondissement. Ils sont très réactifs si on les sollicite dans les délais, comme l’a prouvé leur intervention à la Maison de Retraite « La Gauloise » à Saint-Tronc. Un courrier argumenté a été envoyé à M. Yves Rousset, Préfet à l’égalité des chances et un autre à M. Laurent Nunès Préfet de Police avant la trêve hivernale, qui n’est pas obligatoire, mais la tradition veut qu’elle soit respectée. Cela a marché.

 

Mme Tabet affirme avoir envoyé à la Confédération en Juin 2015, à l’attention de tous les CIQ, un document qui n’a pas été distribué et mentionnant que pour les résidences principales, le délai de 48h n’est plus obligatoire.

 

  1. Fabiani Vice-Président de la Fédération de CIQ du 11e indique que les réunions se tiennent toutes les 6 semaines et se passent bien. Une collecte de doléances est faite au préalable et la Fédération a un retour de la Police Nationale et Municipale. M. Fabiani a envoyé un mail au Président de la Confédération pour lui expliquer sa méthodologie suite au dernier CA. Le problème principal est celui des Roms, mais tout se passe bien. La référente en Police Nationale est le Capitaine Poulain.

 

  1. Rizzitelli Président de la Fédération de CIQ du 13e évoque des problèmes de snacks et d’épiceries. A St-Just, Malpassé, La Rose, St-Jérôme, Château-Gombert, où des rodéos ont lieu la nuit. Les réunions avec la Police Nationale et Municipale se tiennent tous les 2 mois et un retour est fait par la Police Municipale, mais pas par la Police Nationale. Devant la poste de Château-Gombert se groupent des jeunes avec de l’alcool, leur voiture, de la musique. Il y a plein de bouteilles et de papiers partout et on a du mal à faire nettoyer. Les épiceries ont-elles le droit de vendre de l’alcool la nuit ? Au cours de rondes de police, se fait l’enlevage des chaises des guetteurs de trafic de drogues. Le brûlage de palettes en bois qui brûle aussi des murs.

Le commissariat est vétuste, peu accessible, les fauteuils ne peuvent pas y accéder. Il n’y a pas de confidentialité et victimes et agresseurs sont parfois réunis. Il y a 3 squats de Roms, à Saint-Mitre (Aldi), boulevard Lagarde à La Rose, L2 gère cet espace. Le 3ème, avenue Jean-Paul Sartre est énorme. C’est une voie accidentogène, sur laquelle traîne du papier toilette utilisé et de la ferraille. Des vols de câbles ont eu lieu il y a un mois et le boulevard Laniel se trouve dans le noir. M. Rizzitelli sait qu’une brigade de nuit a été créée le 27 février 2016, comportant 46 membres, qui intervient uniquement sur le centre-ville. Il souhaite savoir si à moyen terme, il est prévu qu’elle s’étende sur tous les arrondissements. M. Farina lui répond que cela n’est pas prévu pour l’instant mais que ça peut évoluer et que l’on peut appeler la Police Nationale à partir de 20h. Par ailleurs, les épiceries ne peuvent vendre de l’alcool que jusqu’à 22h.

 

  1. Charlan précise que le standard de la mairie s’occupe de faire la répartition. Le numéro pour joindre la Police Municipale est le 04.91.45.51.01

 

  1. Rizzitelli précise qu’il demande du soutien par rapport au commissariat et l’impossibilité de se garer. Une manifestation est évoquée, dont la date n’est pas encore arrêtée. M. Rizzitelli définit M. Ravier, Maire des 13e/14e, comme vigilant, attentif et réactif sur la sécurité.

Pour finir, M. Rizzitelli dit que les feux rouges des rues Perrin et Raguse ne sont pas respectés et que comme toutes les Fédérations, il connaît également des problèmes de stationnement.

 

Les 9e, 12e, 14e, 15e, 16e n’ont pas de représentant à cette Commission.

 

 

Déploiement de la vidéo-protection

 

Mme Chaix est mécontente, car des bagarres à l’arme blanche et au révolver ont lieu à proximité d’un lycée et aucune caméra n’a été installée. Elle a fait remonter l’information, car Mme Pozmentier en avait fait la promesse en 2011. Mme Chaix souligne qu’au niveau de Libération (4e), M. Bruno Gilles Maire des 4ème et 5ème arrdts, en a fait installer à chaque carrefour alors qu’il ne se passe rien.

 

Mme Ciampoltrini indique que le dernier rapport fait mention de 1143 verbalisations dans l’arrondissement.

 

Mme Zaraloglou, affirme que les caméras fonctionnent bien, mais une fille peut se prostituer sous la caméra, « du moment qu’il n’y a pas d’agression on peut tout faire ». Il y a eu une atténuation des nuisances au début, mais les délinquants se sont aperçus que cela ne changeait rien, ni la vente de drogues, ni le racolage. La dégradation ne change pas non plus, il n’y a pas moins de vandalisme. Cela représente juste beaucoup de verbalisations.

 

  1. Guipert souligne que ce qui est frustrant avec la vidéo-verbalisation, c’est de ne pas savoir si la personne mal garée a été verbalisée ou pas. Il ajoute qu’on a fait ce choix sur Marseille, mais que dans de petites villes, les caméras servent aussi à la prévention.

 

  1. Farina affirme que l’élucidation des affaires a augmenté de manière exponentielle.

 

  1. Stefanini s’estime « bien servi au regard de la criminalité ».

 

  1. Charlan considère avoir eu ce qui a été demandé, soit 1000 caméras pour début 2017. Il reconnaît que ce n’est pas une panacée mais un compromis. Il voudrait la mise en place d’un logiciel pour vérifier les délits et pouvoir intervenir. Le point noir est que si M. Labouz est alerté, il n’y a pas de verbalisation sur la propreté et particulièrement les jets clandestins.

 

  1. Farina suppose que tout se mettra en place avec la Métropole.

 

Mme Rahal (2e) considère que les caméras sont dissuasives, qu’il y a moins d’actes délictueux. 1 ou 2 seulement ont été détériorées. Son souhait est qu’il y ait une présence policière plus importante. Elle souligne que les VTT vont trop vite dans ce quartier piétonnier.

 

Mme Tabet indique que des jeunes à cagoules jettent des pierres sur les caméras et que les habitants courent après les jeunes. Elle regrette que la seconde répartition de caméras n’ait pas eu lieu ou que ça ne se sache pas. Il est nécessaire d’en inclure dans les endroits stratégiques.

Au CIQ National, le problème d’implantation de caméras est dû à des difficultés d’Orange à faire passer la fibre. La Fédération est en attente de travaux pour pouvoir les intégrer.

 

  1. Desmedt relate que les caméras ont été principalement installées à Marseilleveyre et au Roy d’Espagne.

 

  1. Rizzitelli indique qu’il y a un certain nombre de caméras dans le 13ème. Tous les CIQ sont désireux de faire remonter aux Mairies de secteurs et à la Confédération les besoins en caméras. A Bougainville un voleur a été interpellé, parce qu’il a été suivi par les caméras.

 

Clôture de la réunion à 20h.

 

  1. Victor FARINA

Animateur de la Commission Sécurité

 

 

_____________________________________________________________________________________________ 

 

Compte rendu de la réunion du mercredi 27 mai 2015 à 17H30

au Siège de la Confédération Générale des C.I.Q.

24 Boulevard Garibaldi 13001 MARSEILLE

 

en présence de Madame Caroline POZMENTIER Adjointe au Maire Déléguée à la Sécurité Publique et à la Prévention de La Délinquance.

 

Présents:

 

Bureau :

 

- M. Jean- Marc CHAPUS   Président de la Confédération Générale des C.I.Q.

- Mme Lucie BERREST Vice-Présidente de la Confédération Générale des C.I.Q.

- M. Claude TOSTAIN Secrétaire Général de la Confédération Générale des C.I.Q.

- M. Jacques BEVANCON Trésorier Général de la Confédération Générale des C.I.Q.

- M. Bernard RICCARDI Trésorier Général Adjoint de la Confédération Générale des C.I.Q.

 

Fédérations des C.I.Q.: (un Représentant par Fédération)

 

- Mme Mireille CHAIX   Secrétaire Générale de la Fédération des C.I.Q. du 1er arrdt

- M. Jean- Jacques GUIPERT   Président de la Fédération des C.I.Q du 2ème arrdt

- M. André LASSALLES            Président de la Fédération des C.I.Q du 3ème arrdt

- M. Alain GUGLIOTTA             Président de la Fédération des C.I.Q du 4ème arrdt

- Mme Huguette MORDANT Secrét. Gle de la Fédération des C.I.Q du 5ème arrdt

- M. Guy CARRENO                   Président de la Fédération des C.I.Q du 6ème arrdt

- Mme Maryse MORELLI       Secrét. Gle de la Fédération des C.I.Q du 7ème arrdt

- Mme Geneviève CANICAVE Présidente de la Fédération des C.I.Q du 9ème arrdt

- M. Victor FARINA                  Président de la Fédération des C.I.Q du 10ème arrdt

- Mme Myriam JANIN           Présidente de la Fédération des C.I.Q du 11ème arrdt

- M. Jean Louis BARBERIS   Président de la Fédération des C.I.Q du 12ème arrdt

- M. Patrick RIZZITELLI         Président de la Fédération des C.I.Q du   13ème arrdt

- M. François GERLIER         Président de la Fédération des C.I.Q du 14ème arrdt

- M. Gérard MARLETTI         Président de la Fédération des C.I.Q du 15ème arrdt

- M. Denis PELLICCIO           Président de la Fédération des C.I.Q du 16ème arrdt

 

Excusée:

 

- Mme Yvette ROCHETTE     Présidente de la Fédération des C.I.Q du 8ème arrdt

 

 

 

 

 

Madame POZMENTIER ouvre la séance en faisant le point des réunions sécurités C.I.Q. / PN/ PM, depuis 3 ans environ, dans chaque Fédération. Elle rappelle que la mise en place a été à l'initiative de la Confédération Générale des C.I.Q. Chaque Fédération vit à son rythme pour la périodicité des réunions. Si les C.I.Q souhaitent la présence de la Police Municipale aux Assemblées Générales, Madame POZMENTIER souligne que cela n'est pas possible.

 

Le bilan en matière de partenariat pour l'année 2014 est de 75 réunions pour l'ensemble des Fédérations des C.I.Q. A noter pour le 1er trimestre 2015, 33 réunions et 300 doléances des C.I.Q.

 

Elle rappelle qu'elle est à l'écoute des C.I.Q. et qu'une adresse électronique leur est exclusivement dédiée :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; l’ensemble des Fédérations de C.I.Q. apprécie cet outil qui donne entière satisfaction.

 

Ensuite chaque Fédération fait le point sur la périodicité des réunions et les problèmes inhérents à leur arrondissement.

Le principe de la fidélisation du Référent Police Municipale est souhaité par les C.I.Q. pour un meilleur suivi du traitement des demandes.

Les problèmes récurrents sont:

- le stationnement anarchique,

- les véhicules ventouses

- les nuisances sonores,

- épiceries de nuit,

- drogue, prostitution,

- les squats par les roms

 

Pour la vidéo protection, Madame POZMENTIER précise qu'il y a actuellement 624 caméras en service; elle souligne les problèmes techniques pour leurs installations. Elle signale que sur les recommandations des C.I.Q., celles retenues à l'Automne 2015, seront pour les 1000 caméras à venir.

Actuellement 420 Policiers Municipaux, en 2010, il y en avait 200.

 

Elle nous informe qu'une brigade de nuit armée, est prévue, avec une quarantaine d'agents de Police Municipale volontaires, en attente de livraisons d'armes fournies par l'Etat., pour 2016.

 

Pour la Cellule de Citoyenneté et de Tranquillité Publique, Madame POZMENTIER souhaite initier la Confédération Générale des C.I.Q. avec son Président Monsieur Jean- Marc CHAPUS pour participer à ces réunions. Cela concerne les élèves de Collèges et Lycées, dans le cadre de l’absentéisme scolaire, décrochage scolaire, dégradations de biens publics, etc…

Il existe 3 cellules d’Instruction (Nord /Sud/ Centre).

Résultat : 75% des jeunes convoqués sont retournés à l’école.

Si des élèves sont dans ce cas, Madame POZMENTIER est favorable pour que les C.I.Q. les signalent.

 

19H00 : Fin de la réunion.

 

 

 

                                                                                           Victor FARINA

Animateur de la Commission Sécurité